Le Hezbollah peut-il survivre au printemps arabe ?

BEYROUTH – Il y a trois ans, les dirigeants du Moyen-Orient les plus populaires, selon les sondages d’opinion régionaux, étaient le chef du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah, le président syrien Bashar al-Assad, et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad. A l’époque, ce que l’on appréciait chez eux était le fait qu’ils tenaient clairement tête à Israël au Liban et à Gaza, et rejetaient la politique agressive des Etats-Unis dans la région.

Avec le printemps arabe, l’opinion publique de la région a préféré privilégier les droits civils et la réforme démocratique plutôt que la politique étrangère. Aujourd’hui, Assad est honni, le gouvernement d’Ahmadinejad est accusé d’opprimer dans la violence ses propres manifestants pro-démocratie, et le Hezbollah tout comme l’Iran se voient accusés de maintenir leur soutien à Assad, alors même qu’il massacre son propre peuple.

Il en résulte que le Hezbollah n’est plus un mouvement aussi largement populaire dans les mondes arabe et musulman que par le passé, mais il demeure une force lourdement armée et efficace. Et, en politique, pour reprendre les mots de Machiavel, il est plus important d’être craint que d’être aimé.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/9gElrlm/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.