0

Une poule mouillée peut-elle désarmer Saddam ?

Le chef des inspecteurs en désarmement de l'ONU et l'Irak se sont mis d'accord sur un calendrier provisoire pour la conduite des inspections, qui en théorie pourraient commencer dans deux semaines. Mais le succès d'un tel accord dépend autant des hommes qui conduiront les inspections que des détails de lieux et de calendrier, ainsi que de la manière dont ces inspections seront menées.

Hans Blix dirige les inspections en désarmement de l'ONU qui doivent permettre de chercher, trouver et détruire les armes de destruction massive de Saddam Hussein. Je connais M. Blix depuis plus de quarante ans. En 1960, il m'assistait alors que je dirigeais l'Association suédoise des jeunes libéraux. Depuis, j'ai suivi sa carrière de près. Il fut ministre des Affaires étrangères de la Suède pendant un an avant de prendre le poste de directeur général de l'Agence Internationale de l'Énergie Atomique (AIEA) à Vienne.

De sa personne, M. Blix est plaisant et possède un bon sens de l'humour. Sur le plan politique, il est faible et facile à duper. Il m'est difficile de trouver les hommes politiques européens moins aptes que lui pour un face-à-face avec Saddam Hussein. En fait, je n'en croyais pas mes yeux quand j'ai suivi le journal télévisé annonçant les négociations entre M. Blix et les hommes de confiance du dictateurs irakien.

Tout le monde sait à quoi s'en tenir quant aux faiblesses de M. Blix puisqu'il a déjà largement démontré son incapacité notoire. Quand M. Blix dirigeait la AIEA, avant la Guerre du Golfe de 1991, il assurait avec insouciance à tout le monde, après plusieurs inspections, que la situation irakienne n'était pas alarmante. Il produisit le rapport favorable que Saddam espérait le voir produire alors qu'il commençait à cacher ses ambitions et ses usines d'armement nucléaire.