1

Le Pérou doit changer de stratégie économique

SAN MARCOS – Vous savez sans doute que le Pérou est le berceau de la civilisation inca, et peut-être même avez-vous goûté à sa cuisine exceptionnelle ? Mais ce pays a une autre caractéristique impressionnante : le taux de croissance de son PIB est parmi les plus élevés d'Amérique latine, 4,8% pour le premier trimestre de cette année. Pourtant sa croissance économique (basée essentiellement sur l'exportation de matières premières et d'hydrocarbures) qui se situait dans l'intervalle 5,5 - 6,9% au cours des trois dernières années commence à marquer le pas et la prospérité à long terme du pays est incertaine.

Et bien que le gouvernement reconnaisse la nécessité de faire des réformes pour stimuler la croissance, son approche est mauvaise. Plus précisément, le président Ollanta Humala a obtenu du Parlement l'approbation d'un ensemble de mesures "réalistes" destinées à réduire la bureaucratie, perçue comme un obstacle aux investissements dans l'industrie minière - le secteur même dont l'économie doit devenir moins dépendante. La nouvelle loi affaiblit la capacité du Pérou à réguler l'utilisation de la terre, à fixer des normes pour protéger l'environnement et à limiter en évaluant leur impact les dégâts écologiques causés par les entreprises.

Le gouvernement péruvien se trouve maintenant face à un sérieux problème. Car cette loi mine la crédibilité du Pérou sur la scène internationale en temps que "champion de la lutte contre le réchauffement climatique" (une image que certains membres du gouvernement essayent d'entretenir) et elle présente un danger pour l'environnement naturel du pays et ses perspectives de croissance.

Non seulement le gouvernement péruvien n'a pas fait ce qu'il fallait, mais il a agit contre l'intérêt à long terme du pays. Et au moment où il serait nécessaire de mieux réglementer l'utilisation de la terre, Humala supprime les restrictions destinées à protéger certaines zones.