Le boulanger, le coiffeur et le capitalisme

La révolution communiste qui a balayé le 19° et le 20° siècle visait à concentrer le capital entre les mains de l'Etat. Mais depuis les dernières décennies du 20° siècle, une contre-révolution souffle sur le monde dans la direction diamétralement opposée, avec pour objectif de disperser le capital aussi largement que possible en faisant du plus grand nombre de gens des propriétaires.

Cette contre-révolution est poussée aujourd'hui à sa logique extrême : si tout un chacun peut devenir propriétaire, tout un chacun peut devenir capitaliste, jusqu’au coiffeur, au serveur de restaurant et à l’éboueur. Un spectre nous hante à nouveau, c’est cette fois-ci le rêve d’un capitalisme qui se démocratise véritablement.

Mais faire de chacun un capitaliste est aussi irréaliste que le rêve communiste de faire de chacun un travailleur socialiste inspiré. L'intérêt pour les arcanes des principes financiers a toujours été la marque de gens qui adorent se plonger dans des tableaux numériques et étudier des formules mathématiques. Parfois ces personnes réussissent à faire fortune et l'idée que tout le monde peut en faire autant est séduisante. Mais étant donné la diversité des talents, des forces et des faiblesses et les attirances psychologiques de chacun, c'est impossible.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/osJ16Uh/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.