0

clBush, le voisin négligent

Après avoir ignoré l’Amérique latine pendant des années, le président George W. Bush tente désespérément d’améliorer les relations entre les deux hémisphères. Mais son voyage au Brésil, en Uruguay, en Colombie, au Guatemala et au Mexique, arrive trop tard. Des années de négligence ne peuvent être effacées par un voyage, riche en occasions photos et pauvre en substance.

La visite de Bush a été interprétée dans les capitales latino-américaines comme une réaction à l’influence et à la popularité croissante dans la région du président vénézuélien Hugo Chavez. Nulle doute que Chavez, qui n’a cessé d’interpeller Bush à distance, le pense aussi !

Avant de se rendre au Brésil, Bush a estim_é que les efforts politiques de son administration en faveur de l’Amérique latine n’étaient pas assez reconnus. Mais en 2007, les Etats-Unis ont apporté une assistance économique à l’Amérique latine et aux Caraïbes qui s’élevait à 1,8 milliards de dollars, soit 200 millions de moins qu’en 2006. De plus, presque la moitié de cette somme prend la forme d’une assistance militaire, avec une dotation de 716 millions de dollars pour un seul pays, la Colombie.

Pour relancer une popularité en berne dans l’hémisphère sud, l’administration Bush a récemment annoncé une aide additionnelle de 75 millions de dollars pour l’éducation, et de 385 millions de dollars pour aider à financer des prêts hypothéquaires pour les pauvres. Il est également prévu que le navire-hôpital USNS Comfort de la marine américaine fasse escale dans un certain nombre de pays latino-américains.