LES TORTIONNAIRES VOLONTAIRES DE BUSH

            Les documents rendus publics le 16 avril 2009 par l’administration Obama, relatifs aux pratiques de torture dans les prisons de la CIA, jettent une nouvelle lumière sur une cette question : comment s’expliquer la facilité avec laquelle les personnes oeuvrant au nom du gouvernement des Etats-Unis ont pu accepter et pratiquer la torture à l’endroit de leurs prisonniers ? Les documents nouvellement publiés ne révèlent pas les faits mêmes de la torture : ceux-ci étaient déjà bien connus de qui voulait savoir. Mais ils apportent de nombreuses informations sur la manière dont se déroulaient les séances de torture et dont celle-ci était perçue par ses agents. Ce qui frappe avant tout, c’est la découverte d’une réglementation incroyablement tatillonne, formulée dans les manuels de la CIA et reprise à leur compte par les responsables juridiques du gouvernement. On pouvait s’imaginer jusque-là que les pratiques de torture relevaient de ce qu’on appelle les bavures, dépassements involontaires des normes provoqués par l’urgence du moment. On s’aperçoit au contraire qu’il s’agit de procédures fixées dans les moindres détails, au centimètre et à la seconde près.

            Ainsi, les formes de torture sont au nombre de dix, lequel monte ensuite à treize. Elles sont réparties en trois catégories, dont chacune connaît plusieurs degrés d’intensité : préparatives (nudité, alimentation manipulée, privation de sommeil), correctives (les coups) et coercitives (arrosage d’eau, enfermement dans des boîtes, supplice de la baignoire). Pour les gifles, l’interrogateur doit frapper avec les doigts écartés, à égale distance entre l’extrémité du menton et le bas du lobe de l’oreille. L’arrosage d’eau du prisonnier nu peut durer 20 minutes si l’eau est à 5°, quarante si elle est à 10°, et jusqu’à soixante si elle est à 15°. Les privations de sommeil ne doivent pas dépasser 180 heures, mais, après un repos de huit heures, elles peuvent recommencer. L’immersion dans la baignoire peut durer jusqu’à douze secondes, pas plus de deux heures par jour, pendant trente jours consécutifs (un prisonnier particulièrement coriace a subi ce supplice à 183 reprises en mars 2003). L’enfermement dans une petite boîte ne doit pas dépasser deux heures, mais si la boîte permet au prisonnier de se tenir debout, on peut aller jusqu’à huit heures de suite, dix-huit heures par jour. Si vous y introduisez un insecte, vous ne devez pas dire au prisonnier que la piqûre sera très douloureuse, voire mortelle. Et ainsi de suite, à longueur de pages.

            On apprend aussi en quoi consiste l’entraînement des tortionnaires. La majorité de ces tortures est copiée du programme que suivent les soldats américains qui se préparent à affronter des situations extrêmes (cela permet aux responsables de conclure que ces épreuves sont parfaitement supportables). Plus important, les tortionnaires eux-mêmes sont choisis parmi ceux qui ont eu « une expérience scolaire prolongée » de ces épreuves extrêmes ; autrement dit : les tortionnaires ont été, dans un premier temps, torturés eux-mêmes. A la suite de quoi, un stage intensif de quatre semaines suffit pour les préparer à leur nouveau travail.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/JKlQ4zl/fr;
  1. Television sets showing a news report on Xi Jinping's speech Anthony Wallace/Getty Images

    Empowering China’s New Miracle Workers

    China’s success in the next five years will depend largely on how well the government manages the tensions underlying its complex agenda. In particular, China’s leaders will need to balance a muscular Communist Party, setting standards and protecting the public interest, with an empowered market, driving the economy into the future.

  2. United States Supreme Court Hisham Ibrahim/Getty Images

    The Sovereignty that Really Matters

    The preference of some countries to isolate themselves within their borders is anachronistic and self-defeating, but it would be a serious mistake for others, fearing contagion, to respond by imposing strict isolation. Even in states that have succumbed to reductionist discourses, much of the population has not.

  3.  The price of Euro and US dollars Daniel Leal Olivas/Getty Images

    Resurrecting Creditor Adjustment

    When the Bretton Woods Agreement was hashed out in 1944, it was agreed that countries with current-account deficits should be able to limit temporarily purchases of goods from countries running surpluses. In the ensuing 73 years, the so-called "scarce-currency clause" has been largely forgotten; but it may be time to bring it back.

  4. Leaders of the Russian Revolution in Red Square Keystone France/Getty Images

    Trump’s Republican Collaborators

    Republican leaders have a choice: they can either continue to collaborate with President Donald Trump, thereby courting disaster, or they can renounce him, finally putting their country’s democracy ahead of loyalty to their party tribe. They are hardly the first politicians to face such a decision.

  5. Angela Merkel, Theresa May and Emmanuel Macron John Thys/Getty Images

    How Money Could Unblock the Brexit Talks

    With talks on the UK's withdrawal from the EU stalled, negotiators should shift to the temporary “transition” Prime Minister Theresa May officially requested last month. Above all, the negotiators should focus immediately on the British budget contributions that will be required to make an orderly transition possible.

  6. Ksenia Sobchak Mladlen Antonov/Getty Images

    Is Vladimir Putin Losing His Grip?

    In recent decades, as President Vladimir Putin has entrenched his authority, Russia has seemed to be moving backward socially and economically. But while the Kremlin knows that it must reverse this trajectory, genuine reform would be incompatible with the kleptocratic character of Putin’s regime.

  7. Right-wing parties hold conference Thomas Lohnes/Getty Images

    Rage Against the Elites

    • With the advantage of hindsight, four recent books bring to bear diverse perspectives on the West’s current populist moment. 
    • Taken together, they help us to understand what that moment is and how it arrived, while reminding us that history is contingent, not inevitable


    Global Bookmark

    Distinguished thinkers review the world’s most important new books on politics, economics, and international affairs.

  8. Treasury Secretary Steven Mnuchin Bill Clark/Getty Images

    Don’t Bank on Bankruptcy for Banks

    As a part of their efforts to roll back the 2010 Dodd-Frank Act, congressional Republicans have approved a measure that would have courts, rather than regulators, oversee megabank bankruptcies. It is now up to the Trump administration to decide if it wants to set the stage for a repeat of the Lehman Brothers collapse in 2008.