0

La présidence Bush : quatre ans de fiasco

Beaucoup d'observateurs sont surpris du peu de place faite à l'économie dans la campagne électorale du président Bush. Mais je ne suis pas étonné ; si j'étais à sa place, c'est un sujet que j'éviterais à tout prix.

Malgré tout, bien des gens regardent avec jalousie l'économie américaine, même en prenant en compte les trois ans et demi qui viennent de passer. Le taux de croissance de 2,5% en moyenne, s'il est nettement plus bas que lors des années Clinton, fait bonne figure comparé à celui de l'Europe qui semble anémiée avec son taux de 1% de croissance annuelle.

Mais ces chiffres masquent une réalité qui saute aux yeux : la famille américaine moyenne vit moins bien qu'il y a trois ans et demi. Le revenu médian a diminué de plus de 1500 dollars en termes réels, les salaires ne suivant pas l'inflation et le coût des dépenses de base augmentant. Autrement dit, la croissance ne bénéficie qu'aux plus hauts revenus, ceux-là mêmes qui ont prospéré au cours des trente dernières années et qui ont bénéficié le plus des réductions fiscales de Bush.

Ainsi, quelques 45 millions d'Américains, soit 5,2 millions de plus qu'en 2000, n'ont pas d'assurance maladie. Les primes d'assurance maladie ont presque doublé, atteignant 7500 dollars pour les familles qui ont la chance d'en avoir une. Le risque de se retrouver au chômage augmente aussi ; c'est la première fois depuis les années 1930 que le nombre net d'emplois a baissé au cours d'un mandat présidentiel.