0

Commencer par la base pour construire la Palestine

JERUSALEM – L’envoyé spécial du président Barack Obama au Moyen-Orient, l’ancien sénateur américain George Mitchell, l’a appris lors de sa visite dans la région : les efforts américains pour une paix entre la Palestine et Israël vont à l’encontre de trois obstacles majeurs. Aucun doute que ces derniers se présenteront lors des prochaines réunions entre Obama et ses homologues dans la région.

Le premier obstacle – problème qui se tient effectivement au cœur de l’actualité – c’est la guerre civile palestinienne. Le Hamas contrôle la bande de Gaza défiant ainsi l’autorité palestinienne d’Abou Mazen, chef du Fatah. L'échec des Palestiniens à construire un état-nation rend tous pourparlers de paix significatifs avec Israël – sans parler d’accord – pratiquement impossibles pour le moment. Si les Palestiniens sont incapables de trouver un minime consensus national, comment peuvent-ils faire la paix avec Israël ?

Le gouvernement israélien dirigé par le premier ministre Benyamin Nétanyahou n'est autre que le second obstacle. Le chef du Likoud sera nettement moins enclin – ou disposé – à faire de grands compromis pour évacuer les centaines de milliers d’Israéliens installés en Cisjordanie.

Dernier obstacle et pas des moindres : l’objectif fixé dans l’accord OLP-Israël de 1993 n’a pas été atteint. Les tentatives de ressusciter les accords d’Oslo – la “feuille de route” et les engagements d’Annapolis – n'ont rien apporté de plus que des déclarations creuses et de stupides séances photo. Il faut étudier les causes de ces 15 ans d’échec pour que la mission de Mitchell ne soit pas tuée dans l’œuf.