Prime Minister David Cameron tight lip Stephen Simpson/ZumaPress

Élections silencieuses au Royaume-Uni

LONDRES – Les élections qui s’opèrent au sein de pays étrangers apparaissent bien souvent inintelligibles et sans intérêt. C’est sans aucun doute le cas des élections qui se tiendront au Royaume-Uni le 7 mai ; un sentiment que partagent de nombreux Britanniques. La plus ancestrale campagne électorale de l’histoire du pays ne retient en effet qu’une attention minime. Pour autant, cette campagne produit trois enseignements importants pour les autres démocraties occidentales.

Le premier de ces enseignements réside en ce que la formule de campagne de Bill Clinton en 1992 – « C’est l’économie qui compte, idiot ! » – s’avère elle-même une idiotie, ou à tout le moins un choix insuffisant. Si l’économie décidait de l’issue des élections britanniques, le Premier ministre David Cameron mènerait une campagne beaucoup plus confiante.

Depuis près de 18 mois, le Royaume-Uni enregistre la croissance la plus rapide en Europe, étant parfois allée jusqu’à surpasser celle des États-Unis. Le taux de chômage, qui s’élève actuellement à 5,6 %, est plus de deux fois inférieur à celui de la zone euro.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/o4nlZqY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.