0

Elections britanniques : l’impasse ?

LONDRES – Les sondages donnent les Travaillistes légèrement en retard sur les Conservateurs et l’élection britannique du 6 mai pourrait bien produire un parlement ‘suspendu’, dans lequel aucun des deux principaux partis n’obtiendra la majorité et l’équilibre des pouvoirs sera entre les mains des Libéraux Démocrates. Selon le parti qui aura obtenu le plus de sièges, le prochain Premier ministre sera soit le Travailliste Gordon Brown, soit le Conservateur David Cameron, mais, dans un cas comme dans l’autre, avec le soutien des Libéraux Démocrates.

La surprise vient de ce que les Conservateurs ne font pas franchement la course en tête. Après 13 ans au pouvoir, le Labour est entré en campagne avec un énorme désavantage : l’héritage de Tony Blair. Après avoir été l’atout majeur du Labour en 1997, Blair est devenu son pire cauchemar après la guerre d’Irak, jusqu’à être poussé vers la sortie en 2006.

Blair avait décrit son successeur, le Chancelier de l’Echiquier (ministre des finances) Gordon Brown comme quelqu’un de ‘maladroit’ ; un homme plein de charme et d’humour dans le privé, mais incroyablement froid en public. Dans le tout premier débat présidentiel télévisé jamais organisé en Grande Bretagne, le jeune Nick Clegg a volé la vedette pour les Libéraux Démocrates avec toute sa fraicheur et sa franchise. David Cameron était poli mais vague, et Brown s’est retranché derrière des montagnes de statistiques.

Mes les statistiques ne sont pas aussi bonnes qu’elles auraient dû l’être. La prudence pourtant reconnue de Brown en matière budgétaire s’est évaporée dans la Grande Récession.