British Chancellor of the Exchequer George Osborne Wiktor Dabkowski/ZumaPress

L'austérité, une catastrophe pour la Grande-Bretagne

LONDRES – Niall Ferguson, un historien spécialisé en économie, me rappelle un autre historien, feu A.J.P. Taylor, originaire d'Oxford. Ce dernier disait qu'il essayait de dire la vérité dans ses écrits, mais il était prêt à jouer avec les faits pour la bonne cause. Ferguson est lui aussi un merveilleux historien, mais dénué de scrupules quand il s'agit de politique.

Partisan d'un néo-conservatisme à l'américaine, il a horreur de Keynes et des keynésiens. Après la récente élection au Royaume-Uni, il a pris une fois encore la défense de l'austérité en écrivant dans le Financial Times que "les travaillistes devraient faire porter la responsabilité de leur défaite sur Keynes".

Son attitude ressemble à celle d'un policier violent qui justifierait son comportement en disant que la victime est encore en vie. Pour défendre la politique du Chancelier de l'Echiquier, George Osborne, il souligne que la croissance de l'économie britannique a été de 2,6% l'année dernière (le meilleur résultat des pays du G7), sans mentionner les dégâts que cette politique a infligé au redémarrage de l'économie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/P7345kI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.