Séduire le dernier dictateur européen qui venait du froid

STRASBOURG – L’Union européenne a récemment amorcé une politique « d’engagement constructif » avec la République du Bélarus. Mieux vaut tard que jamais ! L’UE s’était auparavant engagée à isoler le Bélarus, qui lui-même chercher à s’isoler.

Cette tactique n’a rien apporté, hormis le fait de soutenir son autoritaire dirigeant, le président Aleksander Lukashenko. Sur le tard et non sans réticence, les chefs d’états et de gouvernements européens admettent désormais qu’il faut agir de manière pragmatique avec Lukashenko, afin de réformer le Bélarus et dévier son orbite trop proche de celle de la Russie.

Cette prise de conscience ne signifie pas que l’Europe devrait fermer les yeux sur la nature du régime de Lukashenko. Les membres de l’UE n'ont pas tort de s’inquiéter des droits de l’humain dans un endroit parfois surnommé « le Cuba de l’Est ». Répression politique et presse restreinte y sont monnaie courante. On peut en dire autant – voire plus – de la Chine. Pourtant, l'UE fait confiance à ses dirigeants afin de développer un partenariat stratégique et diversifié.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/NV3htPr/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.