8

Les causes et conséquences du Brexit

MADRID – La perspective d’une sortie britannique hors de l’Union européenne est aujourd’hui une épée de Damoclès bien réelle. Il semble de plus en plus probable que la prochaine réunion du Conseil européen aboutira à un accord sur les conditions de l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE – accord qui sera soumis aux électeurs britanniques dans le cadre d’un référendum, qui pourrait se tenir dès l’été prochain.

Mais à l’heure où la mécanique s’emballe, il appartient à la Grande-Bretagne et à l’UE de prendre un moment de réflexion consciencieuse. Après tout, et malgré les garanties qui émanent des deux camps, nul ne sait sur quoi débouchera le référendum, et encore moins comment il s’agira de procéder si les électeurs britanniques choisissent effectivement de sortir de l’UE.

Le référendum représente l’incertitude la plus immédiate. L’expérience passée a démontré que lorsqu’il s’agissait pour les électeurs de prendre de telles décisions, ils se focalisaient rarement sur la question posée. Dans le cadre des référendums de 2005 relatifs au projet de Constitution de l’UE, les Hollandais se sont par exemple préoccupés principalement de l’euro, tandis que les Français s’inquiétaient de voir les plombiers polonais leur ravir leurs emplois.

À ce jour, les différents signaux laissent présager que le prochain référendum britannique suivra cette même tendance, voyant les électeurs se focaliser davantage sur des idées simplistes, sur leurs préjugés et émotions, que sur des considérations pragmatiques. En outre, le camp anti-UE se révèle de loin le plus passionné – et le plus incendiaire dans son discours.