brexit ODD ANDERSEN/AFP/Getty Images

La fuite des cerveaux, tribut du Brexit

MILAN – Si le Royaume-Uni mène jusqu’à son terme la sortie hors de l’Union européenne, l’une des conséquences involontaires les plus sévères résidera probablement dans l’exode d’une part significative des meilleurs professionnels de Londres. D’ailleurs, Paris, Francfort, Dublin, Amsterdam et plusieurs autre grandes villes du Vieux continent rivalisent d’ores et déjà pour attirer banquiers, médecins, architectes et universitaires actuellement basés au Royaume-Uni.

La fuite des cerveau est un phénomène courant dans l’histoire. Mais jamais une démocratie bien établie n’avait été exposée à une perte aussi catastrophique de capital humain en période de paix et de prospérité. Ce sont généralement un changement soudain de régime, un conflit violent, ou des conditions économiques très difficiles qui conduisent l’élite professionnelle d’un pays à fuir en masse.

De nombreux intellectuels ont par exemple quitté la Turquie ces dernières années face au gouvernement de plus en plus autoritaire du président Recep Tayyip Erdoğan. En Grèce, pendant la crise de la dette souveraine, nombre de travailleurs hautement qualifiés ont été contraints de partir en raison du manque d’opportunités économiques. Dans l’Allemagne nazie, les juifs et plusieurs autres minorités opprimées n’ont eu d’autre choix que de se réfugier à l’étranger.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/RfBxFHdfr