Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

emmott29_Ana FernandezSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_EUberetwoman Ana Fernandez/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Ce que dit le Brexit de l’Union européenne

LONDRES – Dans un nouveau rebondissement de la saga du Brexit, le Parlement britannique vient d’approuver l’accord de retrait de l’Union européenne négocié par le Premier ministre Boris Johnson, mais a aussi décidé qu’une élection générale devra se tenir le 12 décembre, avant que l’accord ne puisse être finalement ratifié. On pourrait pardonner aux dirigeants européens un sourire amusé. Même si les sondages créditent les conservateurs de Johnson, favorables au Brexit, d’une large avance à l’heure où s’ouvre la campagne, ils indiquent aussi qu’une nette majorité d’électeurs – plus importante que celle qui a soutenu le « Leave » lors du référendum de 2016 – s’affirme désormais en faveur d’un maintien dans l’UE.

Mais il serait possible que les dirigeants de l’UE préfèrent réprimer leur sourire. Le principal ennemi de l’Union n’est pas tant l’hostilité des eurosceptiques que l’indifférence. Si les sondages menés avant le référendum sur le Brexit semblaient dessiner une majorité favorable au « Remain », ils montraient aussi que la plupart des Britanniques, d’une manière ou d’une autre, ne se souciaient guère de l’UE. La question de l’appartenance à l’Union n’était tout bonnement pas prioritaire. On pensait alors que les électeurs choisiraient l’issue la moins risquée et soutiendraient le « Remain ». À la vérité, leur indifférence offrait le référendum à qui souhaitait s’en emparer.

Par conséquent, le hasard des contingences ou l’efficacité rhétorique d’un bord ou de l’autre pouvaient faire pencher dans un sens ou dans l’autre les plateaux de la balance. En l’occurrence, l’immigration était devenue une question particulièrement importante, avec les images des flots de réfugiés traversant la Méditerranée ou débarquant dans les Balkans diffusées par les médias. Pour la campagne du « Leave », l’échec de l’UE dans la gestion de la crise migratoire fut une aubaine.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/3Xe5Dr7fr;

Edit Newsletter Preferences