Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

legrain12_Richard Blanshard_getty Richard Blanshard/Getty Images

Les conséquences économiques d’un éventuel Brexit

LONDRES – Ceux qui militent pour une sortie du Royaume-Uni hors de l'Union européenne affirment vouloir rendre leur pays plus libre et plus prospère. Ils considèrent qu'à l'issue du « Brexit », le Royaume-Uni sera en mesure de négocier rapidement un accord sur mesure auprès de l’UE (qui offrira tous les avantages du libre-échange sans les coûts que représente l'appartenance à l'UE), de conclure de meilleurs accords avec les autres pays, et de tirer d'immense avantages d'une libération vis-à-vis de la lourdeur réglementaire de l’UE. Toutes ces attentes ne sont que pure illusion.

En réalité, le Brexit engendrerait des coûts économiques considérables pour le Royaume-Uni. L’incertitude et les perturbations engendrées par une procédure de divorce interminable, et à coup sûr acrimonieuse, mettraient profondément à mal l’investissement et la croissance. Une séparation définitive viendrait réduire les échanges commerciaux, les investissements étrangers, et les flux migratoires, affectant la compétitivité, la croissance de la productivité et le niveau de vie. Une « indépendance » priverait le Royaume-Uni d’une influence sur les réformes futures de l’UE – notamment l’achèvement d’un marché unique dans le domaine des services – dont le pays pourrait bénéficier.

Le Centre pour la performance économique de la London School of Economics a calculé que les coûts à long terme d’une diminution des échanges commerciaux entre le Royaume-Uni et l’UE pourraient représenter pour le pays jusqu’à 9,5 % du PIB, tandis que le déclin des investissements étrangers pourrait lui coûter 3,4 % de son PIB, voire plus. À eux seuls, ces coûts éclipsent les avantages potentiels que pourrait produire le Brexit. La contribution nette du Royaume-Uni au budget de l’UE a représenté seulement 0,35 % du PIB britannique l’an dernier. De même, la libération du pays par rapport aux réglementations de l’UE n’engendrerait que des avantages limités, dans la mesure où les marchés britanniques du travail et des produits comptent parmi les plus libres de la planète.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/ioV0NZAfr;
  1. elerian122_Peter MacdiarmidGetty Images for Somerset House_bigdatascreentechman Peter Macdiarmid/Getty Images for Somerset House

    Adapting to a Fast-Forward World

    Mohamed A. El-Erian

    The world is going through a period of accelerating change, as four secular developments illustrate. Firms and governments must make timely adjustments, not only to their business models and operational approaches, but also to both their tactical and strategic mindsets.

    2
  2. roubini137_Mikhail SvetlovGetty Images_xi putin Mikhail Svetlov/Getty Images

    The White Swans of 2020

    Nouriel Roubini

    Financial markets remain blissfully in denial of the many predictable global crises that could come to a head this year, particularly in the months before the US presidential election. In addition to the increasingly obvious risks associated with climate change, at least four countries want to destabilize the US from within.

    8
  3. tharoor137_ Hafiz AhmedAnadolu Agency via Getty Images_india protest Hafiz Ahmed/Anadolu Agency via Getty Images

    Pariah India

    Shashi Tharoor laments that the government's intolerant chauvinism is leaving the country increasingly isolated.