13

Pourquoi la Grande-Bretagne devrait rester européenne

WASHINGTON, DC – Le 23 juin, le Royaume-Uni organisera un référendum sur l'opportunité de quitter l'Union européenne. Sur le plan économique, trois questions principales sont au centre du débat sur le « Brexit » : Les règles européennes imposent-elles une réglementation qui étouffe la croissance britannique ? Est-ce qu’un retrait de l’UE augmenterait les possibilités pour les exportations de la Grande-Bretagne ? Et quel serait l'impact probable du retrait sur la stabilité financière ?

Ce sont des questions complexes, mais le rapport de juin 2014 du Centre for European Reform (CER) fournit un guide raisonnable à propos des deux premières questions. Et la Banque d'Angleterre (BoE) s’est maintenant clairement exprimée sur la troisième. En termes économiques, les faits sont favorables à la décision de rester dans l'UE.

Les débats houleux et relativement techniques de cette nature obligent chacun à choisir à quels experts faire confiance. La commission chargée de préparer le rapport du CER était composée de sages penseurs économiques britanniques et européens ainsi que d'anciens responsables politiques qui connaissent bien la façon dont l'UE fonctionne réellement. De même, Comité de politique financière de la BoE a été créé après la crise de 2008 pour indiquer sans détours aux autorités les endroits où les risques systémiques se cachaient vraiment – et ce qu'il convenait de faire à leur sujet.

Le rapport du CER est surtout convaincant sur les questions économiques réelles (non financières). Le point le plus controversé est de savoir si l'économie britannique est freinée de quelque manière par la paperasserie exigée par Bruxelles ou par des obligations imposées par les traités européens.