Pékin mérite davantage de fair play

Depuis quelques temps, on voit constamment à la télé des images des gratte-ciel de Pékin baignant dans un brouillard de pollution. Les journalistes étrangers équipés d'appareils détecteurs de pollution portatifs apparaissent aux coins des rues pour mesurer le niveau de suie et de poussières dans l'air. Tout le monde semble vouloir démontrer que l'air de Pékin sera le facteur déterminant qui va ternir l'un des événements sportifs les plus médiatisés de la planète.

Pékin fait face à un défi de taille. Les préoccupations quant à la santé des athlètes sont  justifiées, surtout en ce qui concerne les épreuves d'endurance telles que le cyclisme et le marathon. Mais toute cette agitation médiatique s'accompagne d'amnésie. La pollution de l'air était une préoccupation majeure à Los Angeles il y a 24 ans. Pourtant, presque tout le monde a oublié le moment dramatique de la fin du marathon féminin, lorsque épuisée par la chaleur et peut-être par la pollution, la concurrente suisse s'est mise à chanceler. La qualité de l'air a aussi posé problème lors des Jeux suivants, à Barcelone, Atlanta, Séoul et Athènes.

Aussi, la polémique autour des Jeux de Pékin mérite davantage de fair play.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4fEGONj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.