pa1227.jpg Paul Lachine

Une percée notable pour la Banque mondiale

NEW YORK – Le mois dernier, j’appelais à ce que la Banque mondiale soit dirigée par un professionnel des questions du développement plutôt que par un banquier ou un politicien du sérail. « La Banque mondiale doit  avoir à sa tête un spécialiste compétent prêt à relever les grands défis du développement durable et ce, dès son entrée en fonction » avais-je écrit. Maintenant que le président Barack Obama a nominé Jim Kim à ce poste, c’est exactement ce que nous aurons : un brillant spécialiste du développement.

Obama a prouvé ses qualités de dirigeant par cette nomination. Il a placé le développement au premier plan, en disant explicitement qu’il « est temps pour un professionnel du développement de diriger la principale agence mondiale du développement ».

La nomination de Kim représente une véritable percée pour la Banque mondiale qui, je l’espère, s’étendra aux autres institutions mondiales. Jusqu’à présent, les Etats-Unis avaient pour ainsi dire carte blanche pour nommer qui bon leur semblait à la présidence de la Banque mondiale, raison pour laquelle la Banque s’est retrouvée avec plusieurs dirigeants peu adaptés à la tâche, dont des banquiers et des politiciens qui n’avaient pas les compétences ou un intérêt à lutter contre la pauvreté.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading and receive unfettered access to all content, subscribe now.

Subscribe

or

Unlock additional commentaries for FREE by registering.

Register

https://prosyn.org/AMbspETfr