Skip to main content
ghosh7_Billy MutaiSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_woman farmer Billy Mutai/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Non à la mainmise des multinationales sur l'alimentation

NEW DELHI – Contrairement à la sombre prédiction faite en 1798 par le célèbre économiste britannique Malthus, la Terre produit aujourd'hui largement de quoi nourrir une population 10 fois plus importante qu'à son époque. Le défi que soulève l'alimentation ne tient pas à un manque en valeur absolue, mais au caractère inégal de sa distribution et au caractère irrationnel de sa consommation. C'est ainsi que la malnutrition frappe aux deux extrémités du spectre : les victimes de sous-nutrition meurent ou souffrent de déficits cognitifs, tandis que d'autres sont frappés d'obésité, ce qui diminue leur espérance de vie et augmente leur morbidité.

Cela tient essentiellement au mode de production et de distribution moderne. La production alimentaire, même à un échelon modeste, repose de plus en plus sur les techniques agricoles développées par les grandes entreprises. Un peu partout, la nourriture est de moins en moins saine et en raison d'une publicité agressive et de l'offre de produits hors-saison ou de provenance lointaine, sa consommation n'a pas de caractère durable.

Le problème est clair, mais on ne fait pas grand chose pour y remédier. L'autosatisfaction de longue date du secteur agroalimentaire s'est transformée en orgueil démesuré. A l'image de ce que l'on voit dans l'économie numérique, ce sont quelques grosses entreprises, les Big Food, qui dominent le secteur au niveau mondial, et les responsables politiques soutiennent l'idée que seule l'agriculture industrielle peut nourrir toute la planète et répondre à une demande croissante.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/cForJJ1/fr;
  1. op_anheier8_MichaelOrsoGettyImages_Atlasstatueinnewyork Michael Orso/Getty Images

    Philanthropy vs. Democracy

    Helmut K. Anheier

    For philanthropic institutions, the fundamental question of accountability first raised by the emergence of liberal democracy will not go away. To what extent should modern societies permit independent private agendas in the public realm and allow their advocates to pursue objectives that are not shared by governments and popular majorities?

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.