0

Rompre pour éviter une rupture

L'axe franco-allemand fait figure de cauchemar pour l'unité européenne. En l'espace d'un seul mois, l'Allemagne de Gerhard Schröder et la France de Jacques Chirac ont détruit le Pacte de stabilité de l'UE et mis en danger l'union monétaire européenne en exigeant (et en recevant) un statut spécial pour les déficits fiscaux français et allemand. L'axe a désormais anéanti tout espoir d'adopter une nouvelle constitution européenne à Bruxelles en exigeant le soi-disant système de la « double majorité », qui affaiblirait grandement le droit de vote des moyens et des petits pays adopté trois ans auparavant à Nice.

L'intégration européenne ne peut pas se permettre de connaître d'autres défaites. La confiance a été décimée. La colère déborde. Les petits et moyens pays de l'UE se sentent trompés. Ces pays continueront-ils de se sacrifier pour le bien européen commun alors que, maintes et maintes fois, les grands pays leur ont dit de se placer en retrait et de les remercier de bien vouloir les intégrer ? Il est temps de marquer une pause dans les efforts européens d'intégration dans le but d'éviter une rupture totale et irréparable des relations entre des nations qui sont censées être unies.

Les Allemands, en particulier, ont besoin de prendre du recul pour réfléchir sur la sagesse de leurs récentes tactiques brutales. Gerhard Schröder dirige l'Allemagne de manière désastreuse. Le « nouveau nationalisme » du pays aura des conséquences désastreuses pour l'Allemagne et l'Europe. Les Allemands d'aujourd'hui ont-ils réellement oublié que l'européanisme ne représente pas la meilleure solution pour l'Allemagne, mais la seule solution ?

Cependant, après l'échec du sommet de Bruxelles, qui s'est tenu la semaine dernière, les Allemands et leurs alliés français vantent les mérites d'une Europe « à deux vitesses », le soi-disant « groupe pionnier » constitué par l'Allemagne, la France, l'Italie et les pays du Benelux (la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg) se développant plus rapidement et poursuivant des projets d'intégration plus vastes que les autres pays.