0

Le Brésil, l’Iran et la route vers le Conseil de sécurité

SAO PAULO – Les tentatives faites par le gouvernement brésilien pour prendre part aux négociations internationales sur le programme nucléaire iranien pourrait s’intituler «  Petit guide à l’attention des pays souhaitant devenir membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Les efforts diplomatiques du Brésil concernant l’Iran – un pays soupçonné de développer un programme nucléaire à des fins militaires – ont débuté l’an dernier lors d’une rencontre entre le président américain Barack Obama et le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva lors du sommet du G8 +5 à L’Aquila, en Italie.

Selon Robert Gibbs, le porte-parole de la Maison Blanche, et les autorités brésiliennes, Obama a indiqué qu’il n’avait aucune objection à ce que Lula s’entretienne avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, tout en suggérant qu’il serait judicieux d’évoquer le poids des relations commerciales entre les deux pays pour inciter l’Iran à suivre la voie du Brésil (l’interdiction de l’énergie nucléaire à des fins militaires est inscrite dans la Constitution brésilienne).

Lula et Ahmadinejad se sont rencontrés en juin 2009, à l’époque au Obama tendait encore la main aux ayatollahs. Lula s’est conformé à la suggestion d’Obama lorsqu’il a reçu le président iranien à Brasilia. Il a reconnu – comme tout le monde – « le droit de l’Iran à poursuivre un programme nucléaire à des fins pacifiques », tout en lui demandant instamment de « respecter les accords internationaux » et en soulignant le fait que « le Brésil s’est engagé dans cette voie ».