0

Le meilleur des mondes financiers

CAMBRIDGE – A l’approche du G20, l’avenir du système financier mondial déclenche une énorme controverse. Le résultat pourrait se répercuter sur le monde entier – et pas seulement sur le monde ésotérique de la finance internationale – pour les décennies à venir.

La finance sculpte le pouvoir, les idées et les réseaux d’influence. Les cyniques diront que les fondamentaux du système économique mondial ne seront pas touchés ; mais ils ont tort. Aucun doute que les prochaines années présenteront de grands changements, vraisemblablement sous forme d’un traité ou d’organe de régulation global. En fait, il est pratiquement impossible de résoudre le chaos actuel sans une boussole indiquant où se trouve le nouveau système.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne souhaitent un système propice à l’expansion de leur hégémonie. Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner a récemment présenté les grandes lignes d’un régime financier régulé de manière plus conservatrice. Même les détracteurs du caractère dépensier des Etats-Unis dans le passé doivent admettre que la proposition de Geithner comporte de bonnes idées.

Avant toute chose, les régulateurs forceraient les financiers à posséder plus de liquidités pour couvrir leur propres paris, et à ne pas tant prendre le contribuable pour un filet de sécurité. Geithner a également l’intention de simplifier et de faciliter l’évaluation des transactions financières, afin que comités, régulateurs et investisseurs puissent mieux estimer les risques qui les attendent.