5

Le Shinzo Abe indien

NEW DELHI – À l’issue d’une longue période de dérive et de paralysie politique, l’Inde compte à la tête de son nouveau gouvernement un homme connu pour sa capacité à prendre des décisions. Dans la lignée du Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui est revenu au pouvoir fin 2012 après six années d’instabilité politique, déterminé à réinventer le Japon en tant qu’État plus compétitif et plus sûr de lui-même, la victoire électorale de Narendra Modi traduit la volonté des Indiens de désigner un leader dynamique et affirmé, capable de revitaliser l’économie et la sécurité de leur pays.

Tout comme Abe, il est à prévoir que Modi se concentre sur la relance des atouts économiques de l’Inde, tout en renforçant ses défenses et en consolidant ses partenariats stratégiques auprès de pays à l’état d’esprit similaire, de sorte de promouvoir la stabilité régionale et de faire obstacle à l’ascension d’une Asie sinocentrique. Le très charismatique Narendra Modi – chouchou des chefs d’entreprise nationaux et étrangers – a promis de restaurer une croissance économique rapide, affirmant entendre « dérouler le tapis rouge » aux investisseurs sans que ne leur soient imposées de lourdeurs administratives.

Âgé de 63 ans, Modi s’inscrit en parallèle de l’approche de Shinzo Abe consistant en un nationalisme modéré, en politiques économiques axées sur le marché, ainsi qu’en la promotion d’un néo-asianisme destiné à nouer d’étroites relations auprès des démocraties asiatiques afin de tisser un véritable filet de partenariats stratégiques enchevêtrés.

Dans un pays au sein duquel l’écart entre l’âge moyen des dirigeants politiques et celui des citoyens compte parmi les plus larges de la planète, Modi devient le tout premier chef de gouvernement à être né après la conquête de l’indépendance par l’Inde en 1947. Il y a là un parallèle de plus avec Abe, unique Premier ministre du Japon à être venu au monde après la Seconde Guerre mondiale.