Borlaug et les banquiers

NEW YORK – Récemment, la mort de Norman Borlaug nous a donné à réfléchir sur les valeurs fondamentales et sur notre système économique. Borlaug a reçu le prix Nobel de la paix pour ses travaux de « révolution verte » qui ont sauvé des millions de personnes de la famine et modifié le paysage économique mondial.

Avant Borlaug, la menace d’un cauchemar malthusien planait sur le monde : la croissance des populations dans le monde en développement et l'insuffisance de denrées alimentaires. Pensez au traumatisme qu'aurait pu subir un pays comme l’Inde si sa population d'un demi milliard de personnes était restée au même niveau de faibles ressources alimentaires alors même qu'elle doublait. Avant la révolution verte, l'économiste nobélisé Gunnar Myrdal prédisait un avenir sombre à une Asie embourbée dans la pauvreté. Au lieu de cela, l’Asie est devenue une grande puissance économique.

De la même manière, la nouvelle détermination encourageante de l'Afrique à lutter contre la famine devait servir de testament vivant à Borlaug. Le fait que la révolution verte ne soit jamais parvenue jusqu'au continent le plus pauvre du monde, où la productivité agricole représente juste un tiers du niveau atteint en Asie, montre qu'il y a encore une grande marge d'amélioration.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/lqEo6QH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.