Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

rpersaud9_MattCardyGettyImages_trumpjohnsonmasksflag Matt Cardy/Getty Images

Boris Johnson et le triomphe de la crédulité ?

LONDRES – Le président américain Donald Trump n’a pas perdu de temps pour déclarer que le nouveau Premier ministre Boris Johnson devait sa popularité à son image de « Trump anglais ». Tous deux partagent en effet un style politique largement considéré comme « populiste ». Pour les plus cyniques, ce populisme n’est autre que la volonté d’exprimer à l’aveugle des vérités évidentes, si cela peut permettre de séduire les électeurs. L’étiquette populiste fait également référence à la « rupture » que proposent les dirigeants concernés, de la même manière que les nouvelles technologies sont venues rapidement bouleverser des secteurs bien établis.

Plus important encore, certains psychologues affirment aujourd’hui que le succès de Trump, le Brexit défendu par Johnson, et d’autres causes populistes, seraient révélateurs d’une crédulité croissante chez les électeurs. S’il peut être tentant d’attribuer cette tendance aux « fake news » et aux réseaux sociaux, de récentes recherches en psychologie livrent une autre explication, sans doute plus surprenante encore.

Le raisonnement le plus courant consiste à expliquer les choix populistes des électeurs principalement par des considérations de colère et d’amertume. Or, dans un récent article, The Economist souligne que le populisme et le soutien aux partis de l’antisystème montent en puissance alors même que les sondages d’opinion révèlent que les électeurs n’ont dans l’ensemble jamais été aussi heureux.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/WBuQHvQfr;
  1. roach111_westend61_getty images_shipping trade Westend61/Getty Images

    A Global Economy Without a Cushion

    Stephen S. Roach

    From 1990 to 2008, annual growth in world trade was fully 82% faster than world GDP growth. Now, however, reflecting the unusually sharp post-crisis slowdown in global trade growth, this cushion has shrunk dramatically, to just 13% over the 2010-19 period, leaving the world economy more vulnerable to all-too-frequent shocks.

    0