Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

buruma151_House of CommonsPA Images via Getty Images_boris johnson house of commons House of Commons/PA Images via Getty Images

L’ennemi du peuple britannique ?

LONDRES – L’idée que le Premier ministre britannique Boris Johnson puisse être un homme du peuple, le porte-parole des citoyens ordinaires luttant contre les élites en place pourrait sembler insolite, voire tout à fait étrange. Il est après tout un pur produit de l’élite britannique, éduqué à Eton et Oxford et doté de tous les maniérismes exagérés, en actes et en paroles, de la classe supérieure. En tant que journaliste et député, il s’est montré malicieux et souvent malhonnête, mais toujours un fervent défenseur de l’establishment conservateur.     

Et pourtant, le voilà qui prétend représenter la « vox populi » face aux voix des députés de la Chambre des communes qui, de la gauche à la droite de l’échiquier politique, s’opposent à sa ligne dure concernant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’un des éléments saillants de la saga du Brexit a d’ailleurs été de dépeindre tous ceux qui s’opposent à une sortie sans transition et totale de l’UE comme des ennemis du peuple. Étant donné que le peuple s’était exprimé lors du référendum de 2016, toute tentative faite pour atténuer les conséquences négatives du Brexit, que ce soit en trouvant un compromis avec l’UE ou en retardant la rupture, est considérée comme un affront à la volonté du peuple.

Johnson est confronté à une opposition féroce des députés, en particulier depuis sa décision de suspendre le Parlement pendant cinq semaines avant la sortie programmée de l’UE le 31 octobre, avec ou sans accord. Mardi 3 septembre, il a perdu sa majorité au Parlement, qui ne tenait qu’à une voix, avec la défection de l’ancien ministre et député conservateur Phillip Lee, qui a rejoint le Parti libéral-démocrate. Pire, il a du céder le contrôle de l’agenda législatif à la Chambre des communes. Les députés conservateurs qui ont voté contre lui ont été exclus du parti. Dans la foulée, le chef du gouvernement a déposé une motion au Parlement demandant la tenue d’élections anticipées, une motion rejetée par les députés dans la soirée. Johnson aurait pu présenter ces élections comme une bataille entre le « peuple » et les « politiciens » qui lui font barrage.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/mEJXOpWfr;
  1. pisaniferry106_Mark WilsonGetty Images_phase one agreement trump china  Mark Wilson/Getty Images

    Explaining the Triumph of Trump’s Economic Recklessness

    Jean Pisani-Ferry

    The Trump administration’s economic policy is a strange cocktail: one part populist trade protectionism and industrial interventionism; one part classic Republican tax cuts skewed to the rich and industry-friendly deregulation; and one part Keynesian fiscal and monetary stimulus. But it's the Keynesian part that delivers the kick.

    4
  2. yu49_ShengJiapengChinaNewsServiceVCGviaGettyImages_G20trumpjinpingshakehands Sheng Jiapeng/China News Service/VCG via Getty Images

    PS Say More: Keyu Jin

    Keyu Jin assesses the “phase one” US-China trade deal, questions whether the US can ever accept China’s development model, and highlights a key difference in how the Hong Kong protests are viewed inside and outside China.
    0