WPA Pool/Getty Images

Boris Johnson, le contre-révolutionnaire

LONDRES – Si l’histoire se répète – tragédie d’abord, farce ensuite –, Boris Johnson, politicien protéiforme, qui incarne les contradictions du temps, est assurément l’un des acteurs de cette seconde fois. Johnson est un tribun des « 99% » qui a grandi dans le monde privilégié du 1% restant, un descendant d’immigrants qui réclame la fermeture des frontières, un conservateur qui renverse l’ordre établi, un érudit qui raille l’expertise, et un urbain cosmopolite pour lequel les Noirs sont éventuellement de « grands enfants ». Plus que tout autre, Johnson s’est employé à ruiner l’avenir européen de la Grande-Bretagne, mais son ultra-flexibilité pourrait être sa planche de salut.

Lors de sa première apparition publique après avoir été nommé ministre des Affaires étrangères, Johnson a comparé le vote en faveur du Brexit à la Révolution française. S’attirant les huées de l’assistance, venue célébrer le 14-Juillet à l’ambassade de France, il a salué dans le référendum un « soulèvement populaire […] contre un Ancient Régime (sic) bureaucratique et étouffant, dont les titres démocratiques n’avaient plus rien d’évidents ».

Mais le vote du Brexit – avec ses promesses d’une résurrection de la Grande-Bretagne d’autrefois – est moins une révolution qu’une contre-révolution. Boris, n’en déplaise à ses valeureux Brexiters, ressemble plus à Louis-Napoléon Bonaparte, qui renversa la République française pour créer une nouvelle monarchie, qu’à Danton ou à Robespierre.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/DjrfTnN/fr;