Paul Lachine

Privatiser l'aide au développement

LONDRES – Beaucoup de choses ont changé au sujet de l'aide publique au développement (APD) au cours des 50 dernières années. Son origine remonte à la Guerre froide, quand les membres du Comité d'aide au développement de l'OCDE dépensaient environ 60 milliards de dollars par an (un montant que l'Union soviétique a sans doute égalé). Les pays bénéficiaires ont été alors appelés « sous-développés », « en voie de développement », « du Sud » et dernièrement « émergents ».

En effet ce qui définit un pays bénéficiaire a de plus en plus été remis en question ces dernières années. Le Royaume-Uni se demande s'il doit interrompre son aide à l'Inde, le troisième plus gros bénéficiaire d'entrées de capitaux et le pays du plus gros employeur du secteur de l'industrie du Royaume-Uni, le Groupe Tata. De même, les pays de la zone euro ont cherché de longue date à venir en aide au bénéficiaire chinois, qui détient 2,5 trillions de dollars de dette du gouvernement américain, pour les aider à surmonter leur crise de la dette.

En outre, le développement lui-même a été redéfini, avec un accent mis sur la réorientation de mesures de bonne gouvernance, de transparence, de responsabilité et de Droits de l'Homme. En conséquence, les initiatives visant à améliorer la santé, l'éducation et l'égalité des sexes ont remplacé les projets de construction à grande échelle.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Oc9yFZS/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.