child marriage Bangladesh Allison Joyce/Stringer

Un plan pour mettre fin au mariage de mineures

DHAKA – Lorsqu’une jeune fille se marie sous la contrainte, les dommages peuvent durer bien au-delà de sa nuit de noces. Les études montrent que les jeunes filles qui se marient avant l’âge de 18 ans reçoivent moins de scolarité que celles qui se marient plus tard sont exposées à un risque plus élevé de violence conjugale et leur santé physique et mentale en subit les funestes effets tout au long de leur vie.

Pourtant le mariage des mineures continue d’être monnaie courante dans le monde en développement. Selon l’UNICEF, il y a plus de 700 millions de jeunes femmes vivantes aujourd’hui qui ont été mariées avant qu’elles n’atteignent l’âge de 18 ans. Une jeune femme sur trois âgée entre 20 et 24 ans a été mariée ou forcée dans une union alors qu’elles étaient encore mineures.

Qu’est-ce qui peut être fait pour mettre fin à cette pratique néfaste ? Le Bangladesh propose un plan réaliste, mais nous met aussi en garde.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/s7WC9hq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.