Le meilleur des anciens mondes de la biotechnologie

Les sceptiques quant à la biotechnologie agricole soutiennent qu'elle n'a pas fait ses preuves, qu'elle n'a pas été mise à l'épreuve, qu'elle n'est pas naturelle et qu'elle est incontrôlable. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Au contraire, ni la biotechnologie ni l'ingénierie génétique ne sont de nouveaux domaines et les consommateurs, le gouvernement et l'industrie ont tous entretenu des rapports positifs et approfondis de longue date avec ces deux champs d'activité.

La biotechnologie, qui consistait à ses débuts en l'application de systèmes biologiques à des processus techniques ou industriels, date de 6 000 avant Jésus-Christ, lorsque les Babyloniens utilisaient des micro-organismes spécialisés dans la fermentation afin de préparer des boissons alcoolisées. L'ingénierie génétique remonte à la période où l'homme a pris conscience que les animaux et les plantes cultivées pouvaient être sélectionnés et élevés/cultivés dans le but d'améliorer des caractéristiques spécifiques. Les premiers biologistes et agronomes ont sélectionné ces animaux et ces plantes selon leurs attributs, créant ainsi des changements mal compris dans le matériau génétique des organismes.

En d'autres termes, la « nature » ne nous a pas donné des raisins sans pépins, pas plus que le tangelo (un hybride de mandarine et de pamplemousse) et les fraises résistantes aux champignons : les agriculteurs et les sélectionneurs ont pris le relais. Au cours du demi-siècle dernier, une meilleure compréhension de la génétique au niveau moléculaire a permis d'affiner l'amélioration génétique dans toutes sortes d'organismes.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/NCx9f3a/fr;