Le fantôme de Ben Laden

LONDRES – La mort d’Oussama Ben Laden dans sa planque pakistanaise est comme l’ablation d’une tumeur du monde musulman. Mais un suivi thérapeutique intensif sera nécessaire pour empêcher les cellules restantes d’Al Qaïda de se métastaser en recrutant de nouveaux adhérents qui pensent que la violence est indispensable pour parvenir à la « purification » et à la prédominance de l’islam.

Heureusement, la mort de Ben Laden intervient au moment même où une grande partie du monde islamique est soumise à un traitement qui fait office d’antidote au fanatisme du leader d’Al Qaïda : le printemps arabe et ses demandes pour l’exercice des droits démocratiques (et l’absence de demande, jusqu’à présent, pour le genre de gouvernement islamique qu’Al Qaïda cherchait à imposer).

Mais les nouvelles démocraties en cours d’instauration en Égypte et en Tunisie et que le peuple exige au Bahreïn, en Libye, en Syrie, au Yémen et ailleurs peuvent-elles nous prémunir du risque posé par les extrémistes islamiques ? Peuvent-elles en particulier vaincre la doctrine wahhabite et salafiste qui a longtemps nourri Oussama Ben Laden et ses semblables, et qui reste l’idéologie professée et protégée de l’Arabie saoudite ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/tEVgO5d/fr;