krauss55_BRENDAN SMIALOWSKIAFP via Getty Images_bidenputin Brendan Smialowski/AFP via Getty Images

La stratégie Nixon de Joe Biden

STANFORD – L'impératif stratégique derrière la récente conférence au sommet du président américain Joe Biden en Europe a consisté à mettre en place une réponse occidentale concertée face à la Chine. Dans les trois semaines qui ont suivi ces réunions, le succès du président Biden est à présent manifeste.

Les États-Unis, la France et l'Allemagne sont à présent, sur les points majeurs, sur la même longueur d'onde. Chacun reconnaît qu'un large accord international est nécessaire pour convaincre la Chine de tempérer son comportement agressif. L'attitude chinoise s'est révélée à travers les remarques du président chinois Xi Jinping ce mois-ci, durant la commémoration du centenaire du Parti communiste chinois. Toute tentative d'interférer avec la montée en puissance de son pays, a-t-il averti, conduira à « des têtes ensanglantées fracassées contre une Grande Muraille d'acier. »

En Asie, l'impératif stratégique de l'administration Biden l'a conduit à mettre plutôt l'accent sur le « Quad » des démocraties de la région Asie-Pacifique : Australie, Inde, Japon et États-Unis. À la fin du mois dernier, les États-Unis et le Japon ont organisé des manœuvres navales conjointes pour se préparer à toute agression chinoise contre Taïwan. En Europe, l'OTAN et l'Union européenne ont placé la Chine en tête de l'ordre du jour politique, après avoir précédemment tenté d'éviter les engagements « hors région ».

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/qAdsIsCfr