0

Au-delà du cessez-le-feu de Gaza

TEL AVIV – La trêve tant attendue entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza est finalement devenue réalité.

Il n’a pas été simple de parvenir à ce stade délicat. Durant des mois, des personnes sages et responsables ont exhorté Israël à accepter le cessez-le-feu proposé par les chefs du Hamas à Gaza. Mais le gouvernement d’Israël, trouvant toutes sortes de prétextes, résistait obstinément.

« Une trêve affaiblirait le président palestinien Abou Mazen » ont déclaré les autorités – comme si l’installation de nouvelles colonies israéliennes à Jérusalem Est et le refus de démanteler les précédentes colonies illégales ne l’avaient pas déjà affaibli ; ou encore : « le Hamas ne reconnaît pas l’État d’Israël » – comme si d’autres accords de cessez-le-feu avec les États arabes et l’OLP ces 60 dernières années avaient été fondés sur la reconnaissance d’Israël plutôt que sur un simple principe éthique qui a guidé Israël durant des années, à savoir d’obtenir pour nous et pour nos ennemis une pause dans les hostilités.

Au bout du compte, la logique prévaut cependant sur le refus d’affronter la réalité et sur les hésitations : un cessez-le-feu a été signé et nous ne pouvons que regretter tout le temps perdu et les souffrances inutiles des deux côtés.