L’après Fukushima

VIENNE – La sécurité autour de l’énergie nucléaire est bien plus sûre depuis l’accident dévastateur de Fukushima il y a un an au Japon. Et elle le deviendra plus encore dans les années à venir, à condition que les gouvernements, les exploitants de centrales et les régulateurs ne baissent pas leur garde.

L’accident de Fukushima résulte d’un tremblement de terre et d’un tsunami d’une rare sévérité. Mais ainsi que les autorités japonaises l’ont reconnu, des défaillances humaines et organisationnelles ont aussi leur part de responsabilité.

Par exemple, l’autorité de régulation nucléaire du Japon n’était pas suffisamment indépendante, et la vigilance de TEPCO, exploitant de la centrale, faible. Le système d’alimentation auxiliaire, essentiel pour maintenir les fonctions vitales de sécurité tel que le refroidissement des réacteurs et des barres de combustible usées, était insuffisamment protégé sur le site de Fukushima. La formation du personnel pour faire face à des situations critiques d’accidents était inadéquate. La capacité intégrée d’intervention d’urgence sur le site et à l’échelle nationale était insuffisante.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/xMnSbLy/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.