Le spectre d’un nouveau Tchernobyl dans la crise ukrainienne

LOS ANGELES – Vingt ans après l’explosion de sa centrale de Tchernobyl, l’Ukraine est confrontée à un risque nucléaire nouveau : la possibilité de voir les différents réacteurs du pays devenir la cible d’interventions nucléaires, dans l’hypothèse d’une invasion par la Russie. S’exprimant lors du Sommet de La Haye sur la sécurité nucléaire au mois de mars, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andrii Deshchytsia, a évoqué une « menace potentielle sur de multiples installations nucléaires » dans le cas où les événements dégénéreraient en guerre ouverte.

Ce mois-ci, Ihor Prokopchuk, ambassadeur de l’Ukraine auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a adressé un courrier au conseil d’administration de l’organisation, mettant en garde sur le risque de voir une invasion soulever une « menace de contamination radioactive en Ukraine ainsi que sur le territoire d’États voisins. » À Kiev, le parlement ukrainien a répondu en préconisant l’intervention d’observateurs internationaux autour de la protection des centrales, le gouvernement renforçant ses propres efforts en la matière malgré des finances en berne.

Les inquiétudes de l’Ukraine constituent-elles une simple hyperbole – une « calomnie, » pour reprendre l’expression du Kremlin – ou doivent-elles être prises au sérieux ? Du côté du gouvernement ukrainien, l’anxiété est réelle. Ceux-là mêmes des Ukrainiens qui sont nés après 1986 ont conscience de ce que pourrait représenter une catastrophe tchernobylienne issue cette fois-ci des combats.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/ex3Zqyt/fr;