Chasse à l'ours en Roumanie

NEW-YORK – Nicolae Ceausescu aimait la chasse à l'ours. Il avait l'habitude de se retirer dans un pavillon en Transylvanie, prêt à faire feu. Il avait toujours de la chance, car des tireurs de sa suite prenait des précautions. Ils enchaînaient une pauvre bête à un arbre, lui administraient un médicament pour qu'elle se maintienne tranquille et se planquaient à proximité du store d'où le Grand homme allait tirer.

Un jour ils ont mal fait leur travail. Ceausescu a visé puis est tombé à la renverse quand l'ours qui n'avait pas reçu une dose suffisante de sédatif s'est redressé sur ces pattes arrières, comme s'il allait attaquer. Le tir de Ceausescu aboutit à la cime des arbres, tandis que trois autres balles en provenance des tireurs qui devaient donner au dictateur l'impression d'être un chasseur hors pair l'atteignirent au cœur. Un garde-forestier qui affirme avoir été témoin de la scène m'a dit que ce jour-là Ceausescu n'a pas apprécié les applaudissements de ses serviteurs.

C'est un peu l'histoire de la révolution en Roumanie il y a 20 ans. L'ours représente le peuple roumain maintenu en esclavage qui sort de son sommeil. Inquiet, l'empereur tire au hasard et manque sa cible. Les tireurs embusqués dans la forêt ajustent et font feu, mais cette fois ils ne visent pas l'ours, mais Ceausescu lui-même.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/wuxwEPl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.