Le dollar et le plafond de la dette

BERKELEY – Le dollar est la devise mondiale de prédilection. Mais pour combien de temps encore ? Le statut du dollar comme seule véritable devise mondiale sera-t-il irrémédiablement endommagé par la bataille en train de se dérouler au Congrès des États-Unis pour augmenter le plafond de la dette du gouvernement fédéral ? Le « privilège exorbitant » du dollar comme principale monnaie de réserve mondiale est-il vraiment en péril ?

Assurément les pessimistes quant à l'avenir du dollar ont déjà crié au loup. Quand la crise des subprimes a éclaté, le pronostic selon lequel le dollar en souffrirait a été largement partagé. En fait le dollar américain s'est renforcé lorsque les investisseurs à la recherche d'une valeur sûre se sont rués sur les bons du Trésor américains. Un an plus tard, quand la banque Lehman Brothers a fait faillite, le dollar a bénéficié encore une fois de cet effet de valeur sûre.

Les chiffres du Fonds Monétaire International confirment que ces chocs n'ont causé peu voire aucun déclin sur la prédominance du dollar dans les fonds détenus en devises par les réserves des banques. De même, les chiffres recueillis par la Banque des règlements internationaux prouvent que le dollar domine les transactions en devises mondiales autant qu'en 2007.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/FdwmH9Afr