0

Le yuan en chute libre ?

BERKELEY – Depuis le mois de décembre dernier, époque à laquelle la Réserve fédérale américaine a commencé à réduire le rythme de ses achats mensuels d’actifs à long terme, les monnaies des marchés émergents connaissent une baisse généralisée. Jusqu’à récemment, l’indomptable renminbi chinois constituait une exception à cette tendance. Mais voici que le renminbi subit lui aussi désormais une baisse par rapport au dollar. Doit-on y voir une nouvelle preuve de l’impact perturbateur de la politique de la Fed ?

Ce déclin du renminbi reste modéré, et il n’est pas certain qu’il se poursuive. Cette évolution n’en demeure pas moins frappante, dans la mesure où nous parlons d’une monnaie qui fait encore aujourd’hui l’objet d’une gestion consciencieuse. Ce mouvement s’opère par ailleurs dans une direction opposée à celle qu’avaient prévue tous les observateurs.

Nul doute que la décision de la Fed consistant à atténuer sa politique d’assouplissement quantitatif a engendré un certain impact. L’une des stratégies habituelles permettant aux investisseurs ayant accès aux marchés financiers chinois de générer de l’argent consiste à emprunter des dollars à des taux d’intérêt bas, et à acheter des actifs chinois à haut rendement. Or, en laissant présager des taux d’intérêt américains plus élevés, la politique du tapering augmente les coûts associés à l’emprunt de dollars ainsi qu’à l’investissement dans des actifs chinois. Le « carry trade » n’étant plus à la mode, la demande en renminbi décline, et son taux de change se déprécie.

Néanmoins, si la réduction des achats d’actifs à long terme de la part de la Fed remonte au mois de décembre, la faiblesse du renminbi ne s’est matérialisée qu’en février. De toute évidence, un autre aspect entre en jeu.