La restructuration de la dette en question

BERKELEY – Parfois les pires intentions engendrent les meilleurs résultats. C’est le cas pour la dette de l’Argentine, de manière tout à fait inattendue.

L’histoire commence avec la crise financière argentine de 2001-2002. Nul ne conteste combien cette crise a laissé le pays absolument démuni face au remboursement de ses dettes. L’Argentine s’est par la suite fait des ennemis, en attendant pas moins de quatre ans avant de commencer à négocier avec ses créanciers, pour ensuite ne proposer que des modalités de règlement usurières par rapport aux précédentes restructurations de sa dette.

Ces modalités sont néanmoins apparues acceptables aux yeux de la grande majorité des créditeurs du pays, qui ont troqué leurs anciennes créances pour de nouvelles, d’une valeur de 30 cents sur le dollar. Un poignée de créanciers s’est toutefois montrée réfractaire, procédant à l’achat des obligations restantes à bas prix, pour ensuite faire appel aux tribunaux, plus précisément à la Cour fédérale du district sud de New York, en réclamant un paiement en intégralité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/bJH6MoE/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.