Barcelona attack on Las Ramblas Lluis Gene/Getty Images

Nous sommes tous des Européens

PARIS – « Je n’ai pas peur », clamait la foule qui s’est emparée des rues de Barcelone après qu’une camionnette a foncé sur les promeneurs des Ramblas, tuant au moins 14 personnes et en blessant 130 autres. C’était la réponse la plus digne et la plus juste possible à cet attentat terroriste, une claire manifestation d’unité, par-delà les divisions internes. Si les fractures entre Espagnols et Catalans, pour ne citer qu’elles, réapparaîtront sûrement avant peu, cette logique d’unité doit continuer à prévaloir.

Après les attentats de Paris, Bruxelles, Londres, Nice et Berlin – sans parler de Madrid, en 2004 – le choix de Barcelone comme cible ne devrait pas surprendre. Car Barcelone n’est pas seulement la ville d’Europe qui attire le plus grand nombre d’immigrants du Maghreb, notamment du Maroc, mais elle est aussi un symbole du dialogue interculturel et de la tolérance.

Et les Ramblas – l’un des endroits de la ville les plus fréquentés par les touristes – sont en elles-mêmes un symbole d’ouverture : on compte plus de trente nationalités parmi les victimes. L’un des suspects a par la suite avoué que sa cellule terroriste projetait aussi des attentats à l’explosif contre des monuments, dont l’église de la Sagrada Familia, connue dans le monde entier, ce qui montre sans équivoque que les terroristes entendaient frapper l’âme de la ville.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/aZgtkTF/fr;

Handpicked to read next