0

Résorber les déséquilibres mondiaux

Les temps heureux – et ce sont aujourd’hui des temps heureux pour l’économie mondiale – sont rarement un moment propice pour concrétiser des initiatives destinées à résoudre les problèmes importants. C’est pourquoi je me félicite de l’annonce faite le week-end dernier par un groupe d’économies prédominantes, qui reconnaissent leur responsabilité partagée dans la résorption graduelle des déséquilibres mondiaux, et dans le maintien de la croissance actuelle de l’économie mondiale.

Depuis un an, la Chine, la zone euro, le Japon, l’Arabie saoudite et les Etats-Unis ont entamé des discussions sur ces initiatives, entre eux et avec le FMI. Derrière l’appellation assez rébarbative de « consultations multilatérales » se cachent des discussions uniques en leur genre, et qui se rév

u232èlent être un instrument prometteur pour traiter d’une question d’importance globale.

Ces cinq économies sont liées aux déséquilibres mondiaux à différents titres : soit du fait du déficit ou de l’excédent important de leur compte courant, ou parce qu’elles représentent une proportion très importante de la production mondiale. Ces pays ont convenu que la résorption de ces déséquilibres était dans l’intérêt de chacun, tout en soulignant que c’était un défi à plusieurs facettes et une responsabilité partagée pour tous.