Skip to main content

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions

acemoglu5_AleksandarGeorgievGettyImages_chairworker Aleksandar Georgiev/Getty Images

D’où viennent les bons emplois?

CAMBRIDGE – Dans maints pays, ce 1er mai, des politiques publiques, qui voici seulement quelques années auraient semblé radicales, sont envisagées. Ainsi, aux États-Unis, l’entrée en vigueur de taux d’imposition élevés sur les tranches marginales ou la création d’une caisse publique obligatoire d’assurance maladie sont-elles devenues des idées répandues. Pourtant, si les dirigeants politiques ne parviennent pas à hiérarchiser convenablement leurs priorités, des opportunités de réforme peuvent être gâchées, ce qui aurait pour résultat de creuser plus encore les divisions politiques et sociales. 

À la vérité, si des réformes radicales et énergiques sont effectivement nécessaires, ce ne sont pas celles qui ont aujourd’hui le vent en poupe. La priorité des priorités devrait être de créer des emplois bien payés, et cet objectif devrait déterminer les orientations politiques des dirigeants dans tous les autres domaines, des technologies à la réglementation, des impôts à l’éducation et aux programmes sociaux. Aucune société dans l’histoire n’est parvenue à créer une prospérité partagée en s’appuyant exclusivement sur la redistribution. La prospérité est le fruit de créations d’emplois décemment rémunérés. Ce sont en outre les bons emplois, non la redistribution, qui donnent aux gens un but et un sens à leur vie.

Pour créer ces emplois, l’innovation technologique doit être tournée vers la relance de la demande de travail. Les bons emplois ne sont pas générés naturellement par la libre entreprise. Ils requièrent des institutions sur le marché du travail qui protègent les travailleurs et renforcent leur autonomie, des systèmes éducatifs généreusement dotés et des systèmes de protection sociale efficaces. C’est cette architecture institutionnelle qui a fourni aux États-Unis et aux autres économies avancées quarante années de croissance forte et largement répartie après la Seconde Guerre mondiale.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/yZFZ1Trfr;
  1. pei56_Miguel CandelaSOPA ImagesLightRocket via Getty Images_xijinpinghongkongprotestmasks Miguel Candela/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

    China’s Risky Endgame in Hong Kong

    Minxin Pei

    In 2017, Chinese President Xi Jinping declared that by the time the People’s Republic celebrates its centenary in 2049, it should be a “great modern socialist country” with an advanced economy. But following through with planned measures to tighten mainland China's grip on Hong Kong would make achieving that goal all but impossible.

    2