7

Respecter les règles en Asie

CANBERRA – L’aventurisme chinois en mer de Chine méridionale est à l’origine d’une évolution de la politique étrangère australienne qui mérite l’attention de la communauté internationale. Faisant de la défense d’un « ordre mondial fondé sur des règles » une priorité stratégique essentielle, le nouveau Livre blanc de la défense australienne adopte un langage qu’on ne trouve guère, ailleurs, au cœur des chartes de défense nationale. C’est d’autant plus surprenant venant de la part d’un gouvernement conservateur habituellement enclin à suivre les États-Unis sur tous les chemins qu’ils empruntent.

L’Australie voulait pouvoir défendre lisiblement sa contestation des revendications chinoises, sans qu’on puisse lui reprocher de prendre une fois de plus à son compte la position américaine. Pour un pays qui tente, à l’instar d’autres pays de la région, d’éviter les choix à somme nulle entre son partenaire stratégique, les États-Unis, et son partenaire économique, la Chine, les termes du Livre blanc sont opportunément choisis et méritent de trouver un écho.

Ce qui fait l’intérêt, pour partie, d’un « ordre mondial fondé sur des règles », c’est qu’il oblige tous les acteurs impliqués. Les responsables politiques américains, à la différence de ceux de la plupart des autres pays, n’en trouvent pas le concept particulièrement attirant. Si, comme tout le monde, ils y sont rituellement attachés, la propension à se lier par des règles internationales ne fait pas partie de l’ADN des officiels américains.

L’invasion de l’Irak en 2003 en demeure l’exemple type. Mais il y en a d’autres, comme d’avoir outrepassé, en 2011, lors de l’intervention militaire en Libye (aux côtés du Royaume-Uni et de la France), le mandat accordé par le Conseil de sécurité des Nations unies, et Jessica Mathews considère que c’est une véritable « friche pour les engagements internationaux » qui résulte de l’attitude des États-Unis envers les traités contraignants, comme la Convention sur la biodiversité, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), le Protocole sur la torture, ou la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM/UNCLOS), en rapport plus direct avec la mer de Chine méridionale.