4

Un audit pour la Fed ?

BERKELEY – Le programme que le parti républicain a adopté lors de sa convention nationale comporte plusieurs points remarquables. Ainsi pour un spécialiste des questions monétaires, la proposition de restaurer une sorte d'étalon-or est tellement bizarre qu'elle constitue une cible de critiques presque irrésistible.

Par contre la proposition d'un audit annuel de la Réserve fédérale américaine est plus sérieuse. Comme l'idée de l'étalon-or, elle est destinée notamment à attirer les libertariens qui soutiennent Ron Paul, le député texan candidat permanent à la présidence, très populaire auprès du courant "Tea Party" au sein du parti républicain qui serait disposé à aller plus loin et à abolir la Fed. Or le Congrès a déjà voté plusieurs textes prévoyant un audit annuel  et au début de l'année la Chambre des représentants (mais pas le Sénat) a adopté un projet de loi sur ce thème.

L'idée de l'audit permet d'attirer les libertariens qui intrinsèquement se méfient de l'Etat. Mais la Fed suscite la méfiance pour des raisons plus précises, et ce, bien au-delà des rangs du Tea Party. Selon ses critiques, la Fed a utilisé le pouvoir étendu dont elle dispose pour intervenir comme elle ne l'a jamais fait auparavant en faveur de grandes institutions financières. Ils en déduisent que les autorités monétaires sont entre les mains de banquiers tout puissants.

Il est certain que du point de vue de la démocratie, les responsables des banques centrales doivent être responsables devant l'opinion publique. Si cela passe par un audit confié à des parlementaires, cela pourrait être l'occasion pour ces derniers de l'utiliser à leur profit et d'infléchir la politique dans une direction qui les arrange. Pour faire pression sur les dirigeants politiques, il leur suffirait de laisser fuir des informations confidentielles. Confier la politique monétaire à des bureaucrates indépendants n'est pas satisfaisant, mais confier son contrôle à des parlementaires qui ont l'œil rivé sur la prochaine élection serait pire.