0

Ma maison à Guantanamo

GUANTANAMO – J’écris ceci depuis le centre de détention américain de Guantanamo où je suis détenu sans aucune charge depuis presque sept ans.

Je suis emprisonné ici pour avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. Il y un peu plus de deux ans, on m’a annoncé que je pouvais sortir. Cette nouvelle aurait pu me faire plaisir mais je viens d’Ouzbékistan, un des pires pays en termes de droits de l’homme. Je ne serai pas en sécurité chez moi.

Mon voyage jusqu’à Guantanamo a commencé en décembre 1998, à la fin de mon service militaire obligatoire dans l’armée Ouzbek. L’Ouzbékistan, une ancienne république soviétique, est un pays pauvre avec peu de possibilités de travail. Après avoir cherché un travail pendant plusieurs mois, je me suis associé avec mon frère dans le commerce de pommes, de miel et d’autres produits au Tadjikistan voisin. Je vivais dans une communauté d’Ouzbeks et j’y ai rencontré ma femme, Fatima, Ouzbek elle aussi. Nous avons eu un enfant et ma mère est venue d’Ouzbékistan nous rejoindre.

Malheureusement, il y avait des gens au Tadjikistan qui n’appréciaient pas beaucoup que des Ouzbeks vivent chez eux. Alors un jour de novembre 1999, les autorités Tadjiks ont regroupé 200 à 300 Ouzbeks et ils nous ont dit qu’ils nous ramenaient chez nous en Ouzbékistan. Mais en fait, ils nous ont lâché en Afghanistan. Là-bas, nous avons rencontré un groupe d’Ouzbeks afghans qui nous ont aidé à nous installer à Mazar-e Charif. J’ai commencé à travailler comme vendeur ambulant ; je vendais du lait de chèvre, des poules, des coqs et des moutons.