varoufakis53_ Jack TaylorGetty Images_assange Jack Taylor/Getty Images

Ils sont d'abord venus pour Assange

ATHÈNES – Mes entrevues avec le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, ont toutes eu lieu dans la même petite pièce. Comme le savent les services de renseignements de plusieurs pays, j'ai rendu visite à Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres à plusieurs reprises entre l'automne de 2015 et décembre 2018. Ce que les curieux ne savent pas, c'est le soulagement que j'ai ressenti à chaque fois que j'ai quitté cet endroit.

J'ai voulu rencontrer Assange en raison de ma profonde admiration envers le concept original de WikiLeaks. Lorsque j'ai lu 1984 de George Orwell durant mon adolescence, j'ai à mon tour été troublé par la perspective d'un État de surveillance high-tech et par son effet probable sur les relations humaines. Les premiers écrits d'Assange - en particulier son idée d'utiliser la propre technologie des États membres pour créer un immense miroir numérique qui pourrait montrer à tout le monde ce qu'ils tramaient - m'avaient rempli de cet espoir que nous pourrions collectivement vaincre Big Brother.

Quand j'ai rencontré Assange, cet espoir de jeunesse a disparu. Entourés de trayons de bibliothèques et de publications du gouvernement équatorien, nous étions assis et nous discutions jusque tard dans la nuit. Un dispositif en haut d'une étagère émettait un bruit blanc abrutissant pour contrer les dispositifs d'écoute. Peu à peu, le salon suscitait la claustrophobie, avec cette caméra mal dissimulée fixée au plafond, braquée sur moi, le bruit blanc et l'air malsain me donnaient envie de sortir en courant dans la rue.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/gZ3Ihaxfr