1

Les services en Asie : un secteur à développer

MANILLE – La crise de la zone euro a dominé les débats des décideurs ces dernières années, mais le ralentissement économique des deux géants de l’Asie – la République populaire de Chine (RPC) et l’Inde – est aussi devenu une source d’inquiétude croissante du public. Devrions-nous également nous inquiéter d’un frein additionnel à l’économie mondiale ?

Après des années de croissance du PIB dans les deux chiffres, l’économie chinoise est en train de ralentir. Les analystes de la Banque asiatique de développement prévoient que sa croissance annuelle s’affaissera à 7,7 %, par rapport à 9,3 % en 2011. La population de la République devient de plus en plus âgée, les salaires réels augmentent et le taux de croissance recule à un niveau plus durable.

L’Inde présente également un énorme potentiel de croissance rapide et récolte des dividendes sur le plan de la démographie, mais elle est encore aux prises avec une réforme structurelle. Nos prévisions font état d’un ralentissement de la croissance indienne, qui, à 5,6 % en 2012, sera inférieure à son niveau de 6,5 % de l’année précédente.

La faiblesse de la demande extérieure est en partie responsable du fléchissement de la croissance, mais l’expansion économique est freinée par des facteurs intérieurs : à savoir des investissements moins élevés et une consommation stagnante. Le maintien de la croissance en plein ralentissement de l’économie mondiale est un défi de taille qui exige un réexamen de l’avenir de la « grande fabrique » de l’Asie.