0

Le début de l’ère Thaksin en Asie ?

Le départ de Lee Kuan Yew à Singapour et de Mahathir Mohamad en Malaisie a privé l’Asie du Sud-Est de ses principaux dirigeants. Le Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra peut-il combler ce vide ?

Plusieurs mesures audacieuses en politique étrangère – le Dialogue pour la coopération en Asie, la Stratégie de coopération économique pour le développement des pays continentaux d’Asie du Sud-Est, et l’octroi par les Etats-Unis du statut d’“allié majeur non-OTAN” – ont projeté Thaksin sur la scène internationale pendant son premier mandat. Après des violences l’année dernière dans le sud du pays, à majorité musulmane, la victoire écrasante de son parti, le Thai Rak Thai (TRT) en février dernier a redonné un nouveau souffle à ses ambitions régionales.

Le TRT ayant obtenu plus de 75 % des sièges à la chambre basse du parlement, Thaksin est désormais politiquement invincible. Il est le premier dirigeant thaï à avoir achevé un mandat de quatre ans, pour être ensuite réélu et présider un gouvernement d’un seul parti. Sa domination de la vie politique thaïlandaise est sans précédent, et sa forte popularité face à un électorat inconstant est sans égal.

Outre un contrôle absolu de la politique nationale, Thaksin possède d’autres atouts indispensables à un dirigeant de carrure régionale. Il brigue déjà un troisième mandat, et peut espérer une longévité politique comparable à celle de Mahathir, 22 ans. Malgré le système à parti unique entretenu par le TRT, Thaksin jouit d’une légitimité démocratique dans un contexte international où celle-ci est encouragée, et il parle anglais assez bien pour exprimer ses idées face à un public mondial.