Christine Lagarde IMF Photo/Stephen Jaffe

Les fausses excuses du FMI

PRINCETON – « Dois-je me mettre à genoux ? » a demandé à Andrew Marr de la BBC Christine Lagarde, la Directrice générale du Fonds monétaire International. Lagarde s'excusait à cette occasion des mauvaises prévisions du FMI sur les résultats économique récents du Royaume-Uni et plus sérieusement, de la critique de longue date du FMI sur l'austérité budgétaire menée par le Premier ministre David Cameron. Approuvant à présent l'austérité britannique, Lagarde a dit que cette mesure augmentait la confiance dans les perspectives économiques du Royaume-Uni et stimulait ainsi la reprise récente.

Les excuses de Lagarde constituent un fait sans précédent et courageux. Pourtant Lagarde a eu tort de les formuler. En faisant ses excuses, le FMI a transigé sur un principe économique qui bénéficie d'un immense soutien institutionnel : la confiance « juste », ça n'existe pas. En s'inclinant face à la pression du Royaume-Uni, le FMI a sapé son seul atout véritable : son indépendance.

Le FMI a esquivé sa responsabilité pour des erreurs de prévision beaucoup plus graves, y compris pour son incapacité à anticiper chaque crise majeure de la dernière génération, de celle du Mexique en 1994-1995, au quasi-effondrement du système financier mondial en 2008. En effet, pendant les 6 à 12 mois précédant chaque crise, le FMI n'avait annoncé aucune variation notable.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/kbGD4jj/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.